Version courte de notre dernier petit périple de 5 jours en Chine

Album photo "Xian 2" disponible ! Plus d'une centaine de photos ;-)

 

 

 

Après tant d’incertitudes, d’annulations, de culpabilité niveau budget (vacances oui...mais et les frais de demenagement ?) , nous trouvons un bon compromis et prenons le train de nuit (une première pour Henny, qui se demandait bien d’ailleurs comment escalader pour rejoindre la couchette du haut !). Direction : Xian (mon deuxième voyage, mais cette ville me plait, et puis j’y ai visité de nouveaux endroits).

 

Point positif : à l’arrivée, Henny reconnait que la vue qui s’offre à lui est « assez impressionnante » ; je suis toute contente car d’habitude, c’est toujours « ça va ». Nous n’aimons pas trop trop l’auberge de jeunesse car notre chambre n’a pas de fenêtre et sent l’humidité. Pourtant, elle bénéficie d’excellentes critiques des routards qui y sont passés. Elle est bien située certes, le décor est pas mal, mais le personnel ni super souriant, ni super calé pour vous renseigner.

 

 

 

Et bref. Nous décidons de commencer par flâner aux alentours du Temple des Huit Immortels (charmant et immense à ma grande surprise), où se tient un marché d’antiquités au moins aussi intéressant pour tous les visages photogéniques qu’on y rencontre que pour ses articles - j'ai d'ailleurs trouve une pile de revues porno au milieu d'articles pour offrandes au temple... Mais si Henny se fond dans la masse, j’éprouve de grandes difficultés à faire des photos discrètement car j’ai toujours un milliard de paires d’yeux braqués sur moi… Et Henny me tient à distance pour pas que je « sabote » ses photos en le faisant repérer, snif snif !

 

Une bonne sieste puis re-promenade, cette fois dans le quartier des calligraphes. Cette fois, mon visage d’étrangère joue en ma faveur ; un calligraphe exposant sur le trottoir m’offre l’œuvre de mon choix (c’est vrai ??!) au nom de l’amitié entre les peuples ;-)

 

On termine l’après-midi avec une délicieuse promenade à vélo, 14km en toute sécurité (pas de circulation, le rêve) sur les remparts de la vieille ville, dont nous faisons donc le tour. Ayant pris notre temps, nous assistons de là-haut au coucher du soleil, et rendons les vélos à la nuit tombée. Cela permet d’avoir un aperçu intéressant de différentes lumières. Epuisés, nous mangeons un bout dans un restaurant cantonais et tombons dans les bras de Morphée.

 

 

 

Deuxième jour :

 

Réveil matinal ; nous comptons nous rendre par nos propres moyens à la célèbre armée de terre cuite. C’est l’incontournable attraction touristique (et culturelle) de la province. A découvrir pour Henny donc, et redécouvrir pour moi (pas fâchée d’ailleurs car c’est réellement impressionnant, et depuis la première fois, je suis équipée de mon réflex et vais enfin réparer ma frustration et faire de meilleurs clichés). Etonnamment, il n’y avait pas trop de monde (enfin c’est relatif bien sûr, mais on n’a pas eu besoin de mordre pour se faire une place au premier rang).

 

En 2008 (eh oui, déjà !!!), je vous avais déjà donné des infos sur l’Armée de terre cuite. Si vous avez oublié, c’est là qu’il faut cliquer.

 

Pour ceux qui comptent visiter le site un jour, mes conseils :

 

- L’endroit est facile d’accès, ne prenez pas un tour organisé cher et nul et qui en plus vous fera faire des détours dans des magasins de souvenirs ;

 

- Effectuez la visite dans l’ordre suivant : le cinéma (documentaire en anglais sur l’empereur Qin), les fosses 2 et 3 qui donnent des informations intéressantes sur les fouilles, l’armée et le tombeau ; terminez par la fosse 1, la plus impressionnante, et rentrez chez vous avec ces dernières images en tête sans vous arrêter dans les innombrables boutiques attrape-touriste qui ramènent au parking.

 

 

 

Le soir, nous avons assisté au spectacle son, lumières et surtout jets d’eau géants qui a lieu tous les soirs devant la Grande Pagode de l’Oie. Il s’agit du plus grand spectacle de ce genre en Asie. C’était chouette, mais on en avait marre d’attendre, le ventre vide, que le show commence. Ceci parce qu’on a eu autant de confirmations d’horaire différentes que de personnes à qui on a demandé.. Donc, on est arrivés à 19h20, parfait pour un spectacle à 19h45. Puis ce fut finalement 20h (bon), 20h15 (soupir), 20h30 (oh non !), 21h (et là yen a marre hein !!). Donc, sachez-le, en été en tout cas c’est 21h ! Le spectacle dure longtemps, plus d’une demi-heure, ce qui laisse le temps de changer plusieurs fois de place et donc de perspective. Pour moi, le meilleur endroit est en bas car cela permet d’avoir la pagode illuminée en arrière-plan. Ne vous inquiétez par pour tous les Chinois qui envahissent les bassins (eh oui, eux ont envie de se faire mouiller et vont au milieu), malgré les rappels. On pourrait penser qu’ils bloqueraient totalement la vue des jets, mais ceux-ci jaillissent véritablement très haut pendant le spectacle et ça ne pose aucun problème :-)

 

Le problème, c’est plutôt le vrai problème de fond à Xian, et il se pose véritablement après : comment rentrer à l’hôtel ? Tous les taxis sont pleins, inutile d’espérer en stopper un, même après une longue marche comme nous l’avons fait. Les bus, idem, bondés de chez bondés. La circulation est un enfer dans cette ville, qui en plus ne dispose pas de ligne de métro pour désengorger un peu les routes…

 

 

 

Le troisième jour, nous avons passé la journée (mais c’est beaucoup plus animé et intéressant de nuit, en fait) dans le quartier musulman de la ville, et visité la grande mosquée aussi. Arrivés un peu avant l’heure de la prière, nous sommes restés pour regarder les pratiquants arriver ;  je voulais faire des photos (mais suis assez déçue du résultat, car le site et ces visage avaient un fort potentiel). J’ai fait découvrir à Henny une des spécialités du quartier ; ces sucettes de riz (rice pudding) sucré, recouvertes du parfum de votre choix (ananas, chocolat, etc. ; le meilleur étant la rose !). J’adore ça, j’en ai mangé quatre !

 

Le soir, nous avons testé un restaurant renommé pour ses raviolis ; surtout l’originalité de ses raviolis en fait. Plus le prix des raviolis est élevé, plus ceux-ci seront élaborés, sophistiqués : raviolis en forme de noix, de poisson (cf album photo, ou ici, ici et ici), de grenouille, de cygne noir !

 

 

 

Le quatrième jour, après moultes hésitations, nous passons la journée à Huashan, littéralement la Montagne Fleur, car la disposition de ses cinq pics fait penser à des pétales de fleurs. Il s’agit de l’une des 5 montagnes sacrées de Chine, et est jalonnée de petits temples.

 

C’était une destination que j’attendais avec impatience, mais comme je le disais, nous avons finalement hésité car Henny, en faisant des recherches sur internet, venait de découvrir que le site était en fait hautement dangereux et même l’une des pistes les plus mortelles au monde… Ce qui n’est indiqué nulle part (et alors, tu fais comment quand tu te retrouves là-haut, avec tes gamins ?!! Bonjour la surprise). Des a pics mortels, des passages de 30 cm de large (pieds sur les planches et mains cramponnées à des câbles ; même si apparemment il i a aujourd’hui possibilité de louer un équipement pour s’attacher…) avec des centaines de mètres de vide sous les pieds, non merci. Pour nous, il était absolument hors de question de prendre le moindre risque (et en plus j’étais affaiblie depuis plusieurs jours par une tourista aigüe alors pour les longues heures de marche au soleil…).

 

Photos et vidéos extraites du net ici, pour vous en convaincre.

Photos :


Videos :

http://www.youtube.com/watch?v=4nq0vtU-LVc

http://www.youtube.com/watch?v=Ke4-cwNvDuE


 

 

 

Nous avons donc décidé « d’aller voir », et de prendre le téléphérique pour ne pas avoir à faire d’escalade du tout et seulement profiter de la vue, qui c’est vrai, vaut le déplacement. Finalement, nous avons marché un peu, ou plutôt monté et descendu des escaliers, là où c’était ok pour la sécurité. Passé quelques temples, quelques calligraphies peintes sur la roche, accroché un cadenas gravé à nos deux noms en souvenir à un point de vue superbe. Puis nous sommes redescendus (en téléphérique, toujours).

 

 

 

Cinquième et dernier jour :

 

Visite (partielle) du musée de Xian, inclu dans le billet d’accès à la Petite Pagode de l’Oie (en haut de laquelle il est possible d’aller, mais la vue n’est pas particulièrement excitante).

 

Ensuite, vers 15h, on est allés chez Pizza Hut car le pôvre Henny mourait de faim… et moi j’ai été morte de rire quand sa pizza est arrivée (et même pendant tout le repas, en fait) : c’était la plus petite pizza du monde !!! Elle tenait dans une petite assiette, et Henny avait l’air d’un géant tout affamé et si déçu, c’était à hurler de rire !

 

Re-petit tour dans le quartier musulman pour une dernière visite : l’ancienne résidence d’une riche famille chinoise (les Gao), dont les différents tickets d’entrée donnent l’option d’assister à une spectacle de marionnette ou d’ombres chinoises, de dégustation de thé, et même de cours de peinture. Pas d’horaire pour aucune des séances, ça commence quand vous arrivez J C’était un site très joli. Je n’ai pas compris l’histoire du théâtre d’ombres, mais la musique était jouée en temps réel par un artiste sur le côté de la scène pour accompagner les différentes scènes, donc c’était intéressant.

 

Et voilà ! Cinq jours où nous avons pu souffler un peu avant de replonger dans les cartons….

 

IMG_4711__1600x1200_

 

 

 

La suite avec Hong Kong un peu plus tard, restez branchés